Tout sur l'euro 2008
  Quels gardiens pour Domenech ?
 

                 QUELS GARDIENS POUR DOMENECH ?

          Il y a deux ans, le débat était de savoir qui de Barhez ou de Coupet serait le gardien titulaire durant la Coupe du Monde. Aujourd'hui, la question est de savoir qui sera l'heureux élu qui pourra garder les cages françaises lors de l'Euro. Car s'il y a encore quelques mois, la hiérarchie semblait solidement établie, de récents évènements sont intervenus, perturbant les plans de Domenech et les rêves d'Euro de certains. Entre désillusion, confirmation et révélation, état des lieux des différents gardiens qui prétendent à leur place dans le groupe France.


                                                     COUPET EN QUESTION


          Au lendemain d'une Coupe du Monde 2006 qu'il avait finalement passé sur le banc, Grégory Coupet avait pris sa place dans les cages tricolores après le départ en retraite de Fabien Barthez. Faute de concurrence, il s'était rapidement imposé comme l'indiscutable et indiscuté titulaire au poste et enchaînait les performances de qualité, confirmant ainsi qu'il était bel et bien devenu un pilier incontournable du groupe France. Mais cela ne durera qu'un an. Une grave blessure au genoux cassera son élan en même temps que sa saison et Coupet se vera contraint d'assister depuis l'hôpital à la qualification des Bleus pour l'Euro. Absent longue durée, Coupet n'a pu refouler les terrains que début janvier après cinq mois d'absence. Mais ce qui devait être son grand retour à la compétition fut considéré comme un retour prématuré pour la plupart des observateurs. La proximité de la blessure et le manque de compétition aidant, Coupet aura connu un mois de janvier compliqué. Deux buts encaissés pour presque autant de frappes contre Toulouse et un but casquette contre Saint-Etienne qui aurait pu coûter le derbis à l'OL ont inquiété jusqu'aux plus fervents. Un comble pour quelqu'un qui avait ouvertement critiqué la bourde de Landreau contre l'Ecosse. En quelques matchs, Coupet a perdu de sa superbe et l'assurance qui faisait sa force. Si ces indéniables qualités ne pourront que revenir d'ici le mois de juin, le match amical contre l'Espagne, voire le Togo, semble précipité.


                                       DES REMPLACANTS PEU CONVAINCANTS


          Si la blessure de Grégory Coupet fut une énorme perte pour l'équipe de France, elle ne fit pas que des malheureux. Pour certains, c'était l'assurance de se voir offrir une preuve d'existence. Son éternel remplaçant, Mickael Landreau, fut donc projeté sur le devant de la scène avec comme objectif de combler au maximum le vide laissé par le portier lyonnais. Quelques mois plus tard, le bilan reste mitigé. Capable de produire d'honorables performances comme celle réalisée à Milan face à l'Italie (0-0), Landreau a quelques fois touché le fond. L'improbable erreur de main sur le but de McFallen pour l'Ecosse (0-1) qui a bien failli coûter la qualification aux Bleus ou encore le but casquette au Maroc (2-2) n'ont rassuré personne. Pire encore, celui qui clamait haut et fort au début du mois d'août vouloir chambouler la hiérarchie mise en place n'a fait que compromettre sa place de numéro 2.
          En désespoir de cause, Domenech a choisi de donner sa chance à Sébastien Frey. Incontournable dans le Calcio où il fait les beaux jours de la Fiorentina depuis plusieurs années, Frey attendait depuis longtemps d'avoir sa chance en équipe de France. Cette chance arriva lors d'un désormais mémorable Ukraine-France (2-2) qu'il ne retiendra pas comme un des plus beaux jours de sa vie. Battu dès la première frappe ukrainienne, Frey allait surtout se faire remarquer pour sa tristement célèbre boulette. Un ballon flottant mais facile suite à une tête lobée de Schevchenko allait tromper la vigilance du portier florentin et offrir l'égalisation à une Ukraine qui n'en demandait pas tant. Une but gag qui n'est pas sans rappeler celui encaissé par Lionel Letizi lors de sa première sélection. Première sélection qui est encore la seule à ce jour. Espérons pour Frey qui Domenech n'ait pas cette raideur d'esprit.


                                                 D'AUTRES PILIERS EN L1


          Si telle mésaventure venait à arriver à Frey, Raymond Domenech devrait alors se tourner vers d'autres joueurs. Or, il est tenu comme acquis que la France est un incroyable fournisseur de talents en ce qui concerne les gardiens de buts. Et parmi eux, on pourrait citer celui qui fut élu meilleur gardien de L1 l'an passé. Teddy Richert n'a plus rien a prouver en championnat où il fait le bonheur de Sochaux depuis de longues années. Symbole du renouveau sochalien de la saison passée avec qui il a remporté la Coupe de France, Richert avait déjà été coché dans la liste élargie de Domenech pour le match amical face à la Slovaquie en août dernier mais n'avait pas eu l'occasion de se montrer. Cependant, malgré son immense talent, Richert vit une saison difficile et n'est plus aussi décisif que l'an passé, la faute à une équipe sochalienne en perdition.
          Pré-sélectionné pour le match amical du 6 février prochain, Nicolas Penneteau pourrait être la surprise du chef. Décisif dans tous les clubs où il est passé, le portier valenciennois n'a pour autant aucune expérience du haut niveau. Penneteau n'a encore jamais évolué dans un grand club et n'a donc jamais participé à une Coupe d'Europe, critère que recherchent tant les sélectionneurs d'aujourd'hui. L'absence de palmarès et d'expérience chez ce joueur pourrait remettre en cause son indiscutable talent.
          Il a l'expérience et a déjà intégré le groupe France sans pour autant y avoir joué, Ulrich Ramé fait parti du gothas des portiers tricolores. Sérieux, talentueux et efficace, le gardien bordelais a déjà fait ses preuves au haut niveau, participant à la Ligue des Champions l'année dernière. Ses nombreuses années passées au haut niveau seront un atout non négligeable au moment où Domenech devra établir sa liste. Oui mais voilà, Ramé possède peut-être trop d'années au haut niveau. Si le sélectionneur national venait à se pencher sur son cas, le fait qu'il évolue au sein d'une grande équipe de L1 depuis 1997 pourrait être effacé par son âge avançant. A 35 ans, Ramé n'est plus dans sa première jeunesse et Domenech pourrait lui préférer un gardien jeune et dynamique, sans pour autant remettre en cause son potentiel.


                                               PLACE À LA JEUNSESSE ?


          Car les nouvelles générations ont elles aussi leur mot a dire. Une génération qu'incarne à lui seul Steve Mandanda. Illustre inconnu au Havre l'an passé, le portier marseillais est la révélation française de l'année. Impressionnant en championnat comme en Ligue des Champions, il a déjà éclipsé l'habituel titulaire au poste, Cédric Carrasso, et a déjà reçu une pré-sélection pour la liste qui sera bientôt dévoilée. Et le tout en six mois. Si ces incroyables performances venaient à se confirmer, Mandanda serait alors un candidat très sérieux à l'Euro 2008 qu'il ne faudrait pas négliger.
          Moins médiatisé mais tout aussi talentueux, Hugo Lloris réalise une saison sans faille à l'OGC Nice. Son retour de blessure en début d'exercice a coïncidé avec l'incroyable début de saison des aiglons, surprenant sixième de L1. Très en forme et donc pré-sélectionné pour ce match amical, Lloris pourrait bien voir ses efforts récompensés par une titularisation contre l'Espagne ou le Congo.
           Surprenante mais pas choquante, la pré-sélection de l'encore jeune (25 ans) Charles Itandje soulève quelques interrogations. Parti de Lens où il ne supportait pas sa récente mise en concurrence, l'ancien sang et or a donc disparu de la circulation à Liverpool où il fait office de doublure et n'a toujours pas joué. Domenech aurait donc choisi de le relancer. Etonnant quand on sait que le sélectionneur ne l'avait pas appelé lorsqu'il crevait l'écran avec le RC Lens. A suivre néanmoins.




          Malgré leur immense talent, les trois habituels sélectionnés n'ont pas convaincu. Si Grégory Coupet a des excuses légitimes dues à sa blessure et pourrait rapidement retrouver son niveau, Landreau pourrait souffrir de la deuxième mauvaise saison consécutive du PSG en même temps que Frey de sa courbe en décembre. Dans ce cas, Domenech aura besoin de sang neuf. Il n'aura alors que l'embarras du choix entre l'expérience des vieux biscards de la L1 et l'insouciance des nouvelles générations. Le championnat de France regorge de très bons gardiens. A Domenech de faire les bons choix.

 
   
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=